+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Justin Bitakwira_Photo crédit tiers
Justin Bitakwira_Photo crédit tiers
Consolidation de la paix

Justin Bitakwira et ses discours de haine : l’urgence d’exiger des excuses

334views

En pleine période sensible dominée d’un côté par les élections prévues en décembre 2023 en RDC et, de l’autre, par l’agression des rebelles du M23, la partie Est de la RDC est une fois de plus secouée par des discours de haine. Incroyablement, des discours tenus par Justin Bitakwira, un homme d’Etat congolais et ancien ministre. Face à ses propos « incendiaires », il est exigé à Bitakwira le retrait de ses dires et la présentation des excuses sincères.

Après le ton de la communauté Shi, c’est Emmanuel Nfizi, enseignant à l’Université Officielle de Bukavu, qui condamne les propos de Justin Bitakwira tenus en juillet dernier. Des propos selon lesquels la communauté Shi serait en complicité avec les forces négatives qui agressent le pays. Il lui demande de présenter des excuses de la manière la plus sincère et non celles remplies d’hypocrisie.

Dans un entretien avec la rédaction de déboutrdc.net ce samedi 2 septembre 2023, le sociologue Nfizi insiste que les propos de Bitakwira ne sont pas de propos dignes d’un homme d’Etat car susceptibles conduire à la division non seulement des tribus mais de tout le pays et semer la haine au niveau régional.

 » En dehors de son caractère de comédien, il est un homme d’État et un homme d’État ne peut pas tenir des propos visant à charger une des communautés comme étant collaboratrice des différentes agressions du pays « .

Pour lui, Bitakwira, en tenant ce propos, oublie l’histoire du pays car, à l’en croire, c’est grâce à la communauté Shi que le Congo reste dans sa dimension globale. Il souligne que cette communauté s’est beaucoup battue contre les agresseurs Rwandais depuis des siècles.

Le sociologue ajoute que ce discours vise à déstabiliser la cohésion sociale pourtant la communauté Shi et celle Fuliru dont fait partie Bitakwira sont des tribus sœurs car elles ont les mêmes valeurs sociales et culturelles.

Il indique que ces dires ont une incidence sur la cohésion sociale car Bitakwira n’a pas dissocié les Shi de vrais agresseurs de la RDC connus de tous.

Tous les congolais savent actuellement que c’est le Rwanda qui veut que ce pays soit divisé et puis arriver à présenter une communauté congolaise comme étant de mèche avec le Rwanda et tous les agresseurs, veut seulement monter toutes les autres communautés du Congo contre les Shi », prévient-il.

Et de conclure, « nous condamnons fermement ces propos qui sont une aberration pure et simple ».

Pour rappel, l’ancien ministre d’État en charge de développement, Justin Bitakwira, a, dans une interview vidéo accordée à la chaine Bosolo Na Palitik le 6 juillet 2023, et qui a fait le tour des réseaux sociaux, chargé la communauté Shi comme étant en complicité des agressions auxquelles fait face l’Est du pays. Cette sortie médiatique a suscité beaucoup des réactions.

Considéré comme le politicien Congolais le plus comique pour sa théorie autour de la puissance de sa grand-mère qui peut « bénir et maudire » ou qui peut « cracher du feu », le ton de Bitakwira est cette fois-ci ferme ! Il indexe la communauté Shi et veut lui attribuer des origines Tutsi afin qu’elle soit « une bête à abattre ».

Dans la région, le peuple Tutsi (habitant généralement au Rwanda) est souvent perçu comme l’agresseur éternel de la RDC. Alors que des rapports de Nations Unies ainsi que tant d’autres venant des ONGDH et du Gouvernement de la RDC parlent plutôt de rebelles du mouvement terroriste dit M23 soutenus par le Gouvernement Rwandais, il est temps, estiment les analystes, de bien faire la part des choses et de mettre fin aux discours tendant à opposer les peuples et les communautés de la région.

Ainsi, font entendre bien des tons, le fait que le président du M23 s’appelle Bertrand Bisimwa, qui serait de la communauté Shi, ne donne pas au « petit fils de sa grand-mère » le culot d’indexer toute une communauté au point de la lier au peuple Tutsi (Paul Kagame, le Président Rwandais, étant un Tutsi) qu’il considère de « serpents éligibles à la disparition ».

« Bitakwira serait en train de s’attirer la sympathie de la communauté Fuliru en prélude des élections générales prévues en RDC en décembre 2023 », conclut un Fuliru qui s’oppose à ces propos.

Précédemment et sur la même thématique, l’Union Européenne (UE) avait condamné des propos « stigmatisants » de Bitakwira en vers la communauté Tutsi. L’homme est, d’ailleurs, sous sanction de l’UE mais il « s’en fout ».

Jonathan M.M.

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp