+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mardi, août 3, 2021
Nyanfunze, une épine dans les dos des voyageurs
Nyanfunze, une épine dans les dos des voyageurs
Insécurité

Insécurité à Walungu : L’axe Nyanfunze en groupement de Mushenyi un calvaire pour les usagers

 De l’insécurité on en parle dans la province du Sud-Kivu, deux motos et des véhicules en provenance de Kaziba sont tombés dans les filets des coupeurs de routes sur l’axe Nyafunze en groupement de Mushenyi dans le territoire de Walungu. Ce forfait s’est produit le samedi 29 mai au environs de 19.

La société civile et d’autres organisations des défenses des droits humains, dénoncent dans une correspondance adressée aux autorités ces attaques et interpellent les service de sécurité ainsi que les autorités locales et provinciales à prendre des précautions pour mettre la population à la bri de  ces attaques.

Dans un rapport de la société civile plusieurs cas des braquages ont été répertoriés sur cet axe en territoire de Walungu.

’Quatre véhicules de marque FUSO et deux motos  en provenance de Kaziba vers Bukavu sont tombés dans les mains des bandits armés la soirée du 29/05/2021 vers 18h30’ au niveau des escarpements de Nyanfunze sur la route Bukavu- Kaziba, près de l’église de Mukosa. Les victimes ont été tabassées et dépouillées de tous leurs biens. Ils ont perdu argent et leurs téléphones emportés. Les bandits étaient au nombre de six avec trois armes. Après leur forfait, les ils se sont volatilisés dans la nature. Il n’y a pas eu de perte en vies humaines,” peut ont lire dans un document.

Par ailleurs, notre source précise que les cas de banditisme, de viol  des mamans, des vols à mains armées, des tueries, des menaces et de chasse à la sorcière deviennent monnaie courante dans les villages de Mushenyi, groupement de Karhongo.

Signalons que ces barbards ne sont pas à leur premier fortrait, Le mois passé (Avril) c’était dans le village de Buzonga où certaines familles ont été visitées et les femmes violées.

Les habitants de Nyangezi et les usagers de cette route condamnent le silence coupable des autorités locales et provinciales sur tout le chef de sous groupement dont ils condamnent son semblant d’ignorer ce qui se passe dans son entité. Les initiateurs de la lettre invitent les autorités tant civiles que militaires de leur venir en aide pour mettre fin à ce mouvement.

Par Patrick Babwine

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net