+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Consolidation de la paix

Bukavu : Eclairage public, une arnaque ?

633views

La taxe sur l’éclairage public continue à faire débat dans l’oponion publique dans la ville de Bukavu, province du Sud-Kivu à l’Est de la République Démocratique du Congo. Le système cash-power est présent et le courant électrique est devenu stable dans certains quartiers de la ville de Bukavu. Chaque abonné de la SNEL paye 1% de sa facture pour l’éclairage public. Cet argent est versé à la mairie dans l’objectif de faire participer la population au coût d’installation de ce dernier. Curieusement, l’éclairage public ne suit pas. De la SNEL à la mairie, silence radio !

Il est 20h sur l’avenue dite « du gouverneur » dans la commune d’Ibanda. De la résidence du Gouverneur de province à la place Mulamba, les seuls lampadaires allumés se trouvent au bureau de la SNEL. Sur avenue Nyofu, c’est la même situation. L’avenue est éclairée par les lampes de maisons situées sur la route.

Même à la mairie pas d’éclairage public

Cette situation s’observe aussi de la frontière Ruzizi I à la place de l’Indépendance. Les quelques lampadaires allumés sont ceux dotés par des politiciens. Ils fonctionnent à base de l’énergie solaire. En face de la Société Nationale d’Assurance, un seul lampadaire éclaire cette bifurcation.

A quelques mètres, c’est le bureau du Maire de Bukavu. Ici, une ampoule à base de panneaux solaire éclaire les escaliers qui montent à la réception de la mairie. Aux alentours c’est le noir total. Du bureau du Maire à la place dite monument de la paix, aucun lampadaire allumé. De là à la place feu rouge, seuls deux lampadaires éclairent ce lieu très fréquenté: un est installé vers la maison DATCO et un autre vers l’entrée d’une boite de nuit située à côté.

Vers place de l’indépendance, les quelques lampadaires visibles éclairent moins de 3 mètres et ils se limitent à la Maison Bleue. Arriver à la « Place », un seul lampadaire est installé en face de l’hôtel Bulungu.

Le rond-point Place de l’indépendance, lui, est  éclairé difficilement par des panneaux solaires « dons des politiciens », comme on peut le lire sur les poteaux qui portent les lampadaires.

Muhumba le quartier huppé n’a pas aussi d’éclairage public

Lampadaire installé à Muhumba par la MONUSCO
Lampadaire installé à Muhumba par la MONUSCO

Sur la route place Mulamba vers le centre Amani aucun éclairage public malgré la présence des habitations des grandes personnalités. Les quelques lampadaires visibles sont ceux dotés par la MONUSCO. Si à Muhumbu, la MONUSCO a installé des lampadaires à panneaux solaire, sur le tronçon routier Nyawera-rond point ISP, c’est le noir total. De Labotte en passant par Feu rouge vers avenue Saio, Athénée,… c’est l’obscurité totale.

La SNEL et la mairie, deux complices ?

Pour ce qui est de cette taxe, c’est la SNEL qui collecte pour le compte de la mairie le 1% de chaque facture payée par ses abonnés. Face à la présence désormais permanente  du courant, normalement l’éclairage public devrait être effectif. Malheureusement, les abonnés payent régulièrement mais l’éclairage tarde à venir.

Jovy Mulengabo, Directeur provincial de la SNEL, n’a pas eu des mots. Nous avons essayé de comprendre le mystère autour de l’argent récolté pour l’éclairage public, mais il n’a pas voulu nous en dire plus à part :

« Une conférence de presse sera organisée pour éclairer l’opinion », nous-a-t-il dit.

Dans une conférence de presse organisée le 25 janvier 2022 dans la salle de restaurant Maman Kinja, devant les acteurs de la société civile et le maire de la ville, Jovy Mulengaba avait avoué au micro de nos confrères de Kivu avenir que les abonnés de la SNEL payent 1% a de leurs factures régulièrement. Pour lui, en moyenne, la SNEL collecte environ 2 millions de francs congolais, soit 870 dollars au taux de 2300FC, le dollar.

Du côté de la mairie, silence radio. Après deux tentatives de rencontrer le Maire sur cette question, nos efforts sont restés vains. Après insistance, ses services nous ont donné une copie d’une page de l’arrêté  N° 401/BUR/M.BKV/010/2023 du 02 août 2023 portant création de la cellule de suivi et de contrôle de la taxe sur l’éclairage public dans la ville de Bukavu. Cette page n’apporte aucune information.

Arrête  N° 401/BUR/M.BKV/010/2023 du 02 Août 2023
Arrêté  N° 401/BUR/M.BKV/010/2023 du 02 août 2023

Meschack Bilubi, Maire honoraire de la ville de Bukavu, avait reconnu que la mairie reçoit le 1% sur chaque facture que les abonnés de la SNEL payent.

« Ce 1% nous coûte beaucoup puisque la SNEL nous facture tous les poteaux installés dans la ville de Bukavu, qu’ils soient en train d’éclairer ou non, ils facturent. Depuis mon arrivée à la mairie, les gens pensent que c’est beaucoup, mais ce n’est pas suffisant » avait-t-il dit dans une interview accordée à Mama radio.

Des abonnés doublement taxés

En plus d’1% que les abonnés de la SNEL paient, les habitants longeant les grandes avenues sont obligés d’acheter et d’installer des panneaux solaires pour éclairer les devantures des leurs maisons et boutiques.

Dans un communiqué publié le 20 mai 2022, Koko Cirimwami cite les villes comme Bukavu, Uvira, Baraka et Kamituga. Pour lui, l’objectif de cette décision est de lutter contre l’insécurité en province causée par l’obscurité.

« Le ministre des ressources hydrauliques demande aux propriétaires des maisons se trouvant au bord des artères principales, secondaires, avenues et toute autre route ou chemin, de placer devant leurs immeubles des lampes aux bons éclairages », peut-on lire dans ce communiqué.

Quand l’obscurité crée de l’insécurité

Selon un rapport de la Synergie des Associations des Jeunes pour l’Education Civique, Electorale et la Promotion des Droits Humains (SAJECEK), plus de 914 cas de tueries au mois de juin ont été recensé dans la province du Sud-Kivu. Des habitants qui traversent des avenues non éclairées la nuit, confirment être victimes des cas de banditisme.

 « La fois passée je venais d’une fête et le taxi m’avait déposé au niveau de la Place Muzihirwa. Au moment que je me dirigeais vers la maison au quartier Ndendere, les bandits s’étaient  cachés dans le noir près des magasins à Nyamwera. Ils m’avaient tout volé même mes pièces d’identité », dénonce Pascal Mweze habitant rencontré tout près du marché de Nyawera.

Dans beaucoup de quartiers, il est hasardeux de sortir après 19h étant donné que toutes les avenues ne sont pas éclairées.

« Dans notre quartier, il est difficile d’arriver à la route principale à partir de 19 heures parce qu’il fait trop noir. Souvent quand nous venons du marché le soir, nous utilisons les torches de nos téléphones pour nous éclairer… » témoignage de Nicolas Ishara habitant de Mukukwe.

Dans un communiqué de presse rendu public le 06 septembre 2022, la Nouvelle Dynamique de la Société Civile, NDSCI en sigle, fait savoir que l’éclairage public est dans les obligations de la mairie.

« L’obscurité ne peut pas chasser l’obscurité ; seule la lumière le peut… »,

dicton de Martin Luther King Jr.

Par Elie Cirhuza

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp