+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Kalehe, au Sud-Kivu_RD Congo
Kalehe, au Sud-Kivu_RD Congo
Insécurité

« Moi, aller à Lwako ? » Quand les sinistrés des innondations de Kalehe s’opposent à l’arrêté du Gouverneur Ngwabidje

2.01Kviews

Le Gouverneur de  la province du  Sud-Kivu, Théo Ngwabidje Kasi, accorde 12 hectares aux sinistrés des inondations de Bushushu et Nyamukubi. Ces parcelles sont situées dans la concession de  Lwako dans la localité de Tchibanda, groupement de Mbinga-Sud, Chefferie de Buhavu. Chaque sinistré aura droit à une parcelle de 15m carré. Cette décision du gouvernement provincial semble ne pas être la bienvenue dans le camp des sinistrés.

« Ces parcelles sont à titre résidentiel », peut-on lire dans cet arrêté du 25 mai. Avant même le début des travaux sur le site, les réactions d’opposition sont multiples. Certains sinistrés refusent d’être installés ans ce site qu’ils jugent trop loin de leurs champs.

Certains analystes pensent que cette décisions est hâtive et cette concession ne peut même pas suffir pour 50% des victimes des catastrophes de Bushushu et Nyamykubi. Avec 12 hectares, il n’y aura que 528 parcelles pour tous les sinistrés. Alors que la catastrophe a atteint plus de 3 000 maisons, en détruisant complétement 1 200 et causant plus de 400 morts ramassés et plus de 5 000 disparus, il y a lieu de dire que l’espace prévu n’est pas suffisant. Quand bien même le nombre de survivants/sinistrés n’est pas encore connus.

« Que manque le gouvernement provincial pour être sur terrain et  déterminer le nombre des bénéficiaires ? »,

s’interroge Jean Koki, militant du mouvement Lutte pour le Changement, LUCHA.

Et d’ajouter :

« En regardant le nombre de ménages victimes, cette concession ne va pas répondre même pas à 50%. Le  gouvernement devrait choisir un endroit concerté et avec le nombre exact des sinistrés pour éviter de créer un autre conflit ».

 Moi, aller à Lwako ?

Les personnes qui seront installées à Lwako qui ont des champs à Bushushu ou Nyamukubi devront faire des Kilometres pour atteindre leurs champs. Une situation qui fait que certains ne veulent pas etre installés à Lwako.

« A qui laisser mon champ si je dois aller à Lwako ? Je n’irai pas là, c’est très loin de nos champs, il y a des concessions proches de Bushushu que l’Etat peut acheter et nous y installer »,

conclut une victime des inondations.

Pour certains acteurs de la société civile de Kalehe, l’arreté du gouverneur n’explique pas clairement le terme sinistré, un terme qui prête à confusion.

« Cette décision prise par l’autorité Provinciale du Sud-Kivu devrait inclure  la définition du concept  » *sinistré* au sens de cet arrêté et au regard du contexte »,

précise  Maître Bienfait Nteranyi, Coordinateur Zone Est de l’ONG nationale Youth Program Development of Africa.

« Même un enfant rescapé qui a 2 semaines ou une année est un sinistré de la catastrophe, va-t-il bénéficier d’une parcelle de 15m/15m comme un responsable de ménage qui du reste est aussi sinistré », s’interroge Bienfait.

Pour rappel, la soirée du 04 mai 2023, des fortes pluies se sont abattues sur différentes localités du territoire de Kalehe dont Nyamukubi/Bushushu, dans le groupement de Mbinga Sud causant des dégats énormes. Sur le plan humain, plus de quatre cents corps ont été tirés de décombres et plus de cinq milles personnes ont été portées disparues. Elles seraient toujours sous les débris ou englouties par le lac Kivu où se déversent les rivières.

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp