+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Atelier sur la Justice Transitionnelle à Bukavu organisé par la CCJT_30 septembre 2023
Atelier sur la Justice Transitionnelle à Bukavu organisé par la CCJT_30 septembre 2023
Consolidation de la paix

SUD-KIVU: Au moins 40 acteurs de la société civile dont les professionnels de médias s’engagent à redynamiser la justice transitionnelle

530views

Après la province du Nord-Kivu, c’est au tour du Sud-Kivu où environ 40 personnes dont 11 femmes venues de la société civile avec les journalistes ont pris part à l’atelier de redynamisation de la justice transitionnelle organisée par la Coalition Congolaise pour la Justice Transitionnelle, CCJT, dans la ville de Bukavu.

Au cours de cette rencontre, il a été tout d’abord question d’outiller les acteurs de la société civile et les professionnels de la presse par rapport à la justice transitionnelle (JT). Les participants ont ainsi échangé et évalué la compréhension des concepts « justice transitionnelle ».

Il a été également question de réfléchir sur les actions à mener en termes de plaidoyer pour la RDC afin que les mécanismes de JT soient pris en compte sur toute l’étendue du pays.

Dans son exposé, maitre  Adolphe Kilomba, paneliste du jour, est revenu sur l’historique de la JT en rappelant les causes  qui ont abouti à la naissance de ce mécanisme  tel qu’« une justice appelée à s’appliquer  après la chute d’un régime sauvage ».

Les 3 conceptions de la justice transitionnelle

Poursuivant son exposé, le Prof est revenu sur les 3 conceptions de la justice transitionnelle à savoir : la conception holistique, sélective et monolithique.

Quant à la première, Kilomba a fait savoir qu’elle regorge cinq piliers qui doivent tous être appliqués. Il s’agit des droits à la vérité, des poursuites pénales, de la clémence, des réparations des individus  et des garanties de non répétitions.

La conception sélective applique plus ou moins deux de ces piliers tandis que la monolithique ne fait recours qu’à un seul.

 « De toute ces conceptions, seule la conception holistique reste la bonne dans un Etat de droits, et ces 5 piliers peuvent être appliqués tout en tenant compte du contexte sociopolitique d’un Etat », a indiqué Maitre Adolphe Kilomba.

De sa part, Raphael Wakenge, organisateur de l’activité, a formulé plusieurs recommandations à l’endroit des participants :

«  J’invite tous les acteurs sociaux  ici présents, tous les professionnels de média, à porter haut la voix des sans voix, la voix des victimes de crimes de masses commis dans notre pays depuis plus de 2 décennies maintenant ».

Et d’ajouter,

« Ceci passe par l’appropriation de la justice transitionnelle qui est un domaine qui s’applique dans un pays marqué par des massacres et de graves violations de droits humains et des conflits armés qui sont à la base d’une grande misère de la part de la population ».

Activiste des droits humains appelé « doyen » par ses paires, Raphael a laissé entendre qu’en RDC  il reste  beaucoup de choses à faire face au contexte de turbulence et autres atrocités. Ainsi, il propose une politique nationale de la justice transitionnelle face à de multiples plaidoyers des acteurs qui militent pour l’installation de cette matière.

Atelier sur la Justice Transitionnelle à Bukavu organisé par la CCJT_30 septembre 2023
Atelier sur la Justice Transitionnelle à Bukavu organisé par la CCJT_30 septembre 2023

Engagement des participants

Prenant part à cette conférence, Joëlla Sambo, Coordonnatrice de l’association Prospérité Africa, espère à l’appropriation de cette matière  par toutes les parties prenantes.

« Mon constat est que plusieurs personnes n’avaient pas encore pris connaissance de la matière de la justice transitionnelle. Grâce à cette séance, je vais restituer tous ces acquis  dans mon organisation afin que tout le monde s’en approprie et en fasse un cheval de bataille ».

Josué Musole, journaliste à Radio Neno la Uzima à Bukavu, a, quant à lui, émis son engagement de porter haut la voix des victimes de conflits armés à travers ses outils de sensibilisation.

« En tant que journaliste, je m’engage à sensibiliser à travers mon micro ou ma plume sur la justice transitionnelle et porter haut la voix de sans voix  victimes de graves violations de droits humains en leur accordant de l’espace pour s’exprimer », a-t-il déclaré.

Au terme de cette rencontre, les participants ont formulé des  recommandations pour le cas de la RDC. C’est entre autres : la création d’un tribunal pénal pour la RDC, l’adoption des mécanismes de protection de victimes en tenant compte de leur santé mentale, l’insertion du cours de justice transitionnelle dans le programme de l’enseignement supérieur et universitaire en RDC, etc.

Ces accises ont été tenues dans la ville de Bukavu  ce samedi 30 octobre 2023, grâce à l’appui de OSF/OSISA.

Anne-Marie Kwinja

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp