+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Economie

Sud-Kivu : PICAGL, un autre Bukangolonzo ? Le contrôle de l’IGF sollicité

639views

La société civile du Sud-Kivu, Bureau urbain de Bukavu, sollicite l’implication de l’Inspection Générale des Finances, IGF, pour une mission de contrôle du projet PICAGL dans la province du sud-Kivu. L’Inspection Générale des Finances  a réceptionné le courrier de cette organisation citoyenne le 15 mai 2023. Dans cette correspondance de trois pages, le signataire craint un Bukangalonzo deux.

Le Projet Intégré de Croissance Agricole dans les Grands Lacs, PICAGL, a été lancé en 2018. PICAGL est un projet du  gouvernement congolais financé par la Banque Mondiale et ayant comme objectif d’accroitre la production agricole et la commercialisation dans les zones ciblées en RDC, améliorer l’intégration régionale dans le secteur agricole et de fournir une réponse immédiate et efficace en cas de crise ou d’urgence déclarées.

Financé dans sa première phase à hauteur de 150 millions de dollars par crédit IDA et 2,7 millions USD par un don japonais, il est exécuté dans les provinces du Tanganyika et Sud-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo.

PICAGL, Bukangalozo bis

Selon Jackson Kalimba, président de la société civile ville de Bukavu, depuis le lancement de ce projet, beaucoup reste encore à faire.

« Il sied de constater que terrain que plusieurs activités qui étaient prévues dans ce projet n’ont pas été réalisées »,

écrit Kalimba dans sa correspondance adressée à l’IGF.

En 2020, le 11 novembre, la même société civile avait saisi le ministre national de l’agriculture pour une évaluation physique  pour se rassurer de ses réalisations mais le ministre avait brillé par le silence.

« Nous sommes au regret que ce projet ait été prolongé d’une année mais les résultats restent toujours insignifiants », regrette Kalimba.

Face à ce qu’il qualifie de résultats mitigés, le président du bureau urbain de la société civile sollicite l’implication de l’IGF.

« … Nous sollicitons une mission de contrôle de votre institution pour éclairer la population par rapport aux fonds qui ont été alloués à ce projet et son utilisation car la redévalidé reste le pilier de la bonne gouvernance ».

Cette implication de l’IGF serait un moyen d’inventaire physique des réalisations visibles sur terrain.

« Faisant ainsi, vous aurez rendu un service loyal à la nation congolaise car ce projet risque d’être comme le projet Bukangalonzo si des mesures urgentes ne sont pas prises », conclut Jackson Kalimba.

PICAGL, méga projet aux grands résultats « attendus »!

Dans ce projet, 40 milles ménages devraient bénéficier des boutures  et un accès au crédit à 200 Petites et Moyennes Entreprises, PME. Ceci dans la chaine de valeur manioc, un volet dont l’IITA  est le responsable.

Pour le riz, il fallait aménager 4000 ha dont 1000 pour le riz de bas-fonds. Ici, c’est RIKOLTO qui est le responsable de cette chaine de valeur.

Pour le volet infrastructures (route de déserte agricole, aménagement hydro agricole, micro centrales électriques et adduction d’eau), il était prévu 324 Km de routes au Sud-Kivu, 2400 hectares pour le casier  rizicole, 3 micros centrales et le CDC Kiringye. Ce volet était réservé à UNOPS.

En fin, le FAO devrait donner des cages pour la production des poissons et faire la multiplication des boutures de manioc.

Quelles réalisations dans la plaine ?

Face à cette demande de la société civile, qui doute des résultats de ce projet, votre rédaction  a contacté certains partenaires à la base. Pour cette première partie, nous nous sommes intéressés à la Plaine de la Ruzizi, une zone à vocation agricole et pleine de potentialités moins exploitées.

En terme d’infrastructure, il est constaté la réhabilitation des petits ponts comme celui qui mène vers Ndunda à Sange et dans d’autres coins de la plaine. Pour les travaux dans le périmètre  (325 hectares) de Kiringye, les agriculteurs concernés ont été indemnisés mais les travaux tardent à débuter. Dans le périmètre de Kakamba à Bwegera, notre source fait savoir qu’elle n’a rien vu sur terrain en terme de début de travaux.

Approuvé en date du 21 mars 2016 et mis en vigueur depuis 16 mars 2018, ce programme dont la durée initiale était de 5 ans est  mis en œuvre dans le corridor Bukavu-Uvira-Fizi au du Sud Kivu et Kalemie dans le Tanganyika. Un accent particulier est mis dans la filière du riz, du manioc et d’élevage.

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp