+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, octobre 27, 2021
Education

Bukavu : l’indéfendable scène de vandalisme des étudiants de l’ISTM, UOB et UCB à Karhale

Des actes de vandalisme sont enregistrés ce jeudi 23 septembre 2021, sur la colline universitaire de Karhale située au quartier Nkafu, en commune de kadutu, dans la ville de Bukavu, province du Sud-Kivu. Ces actes commis par des étudiants de l’Institut Supérieur de Techniques Médicales (ISTM), de l’Université Officielle de Bukavu (UOB) et ceux de l’Université Catholique de Bukavu (UCB), viennent couronner une manifestation mal tournée qui a débutée depuis la matinée du mercredi 22 septembre 2021, pour réclamer le rétablissement d’eau et d’électricité au campus. Le bilan des trois universités fait état de vitres cassées, de bancs et plusieurs blessés.

Depuis la matinée de ce Jeudi, des étudiants de l’ISTM réclamant l’eau et l’électricité, ont pour la seconde fois barricadé la route menant vers le campus. Les enseignants et le personnel administratif de l’UOB et l’UCB sont montés à pied pour arriver au campus et vaquer à leurs occupations.

Les étudiants de l’ISTM en constant cela, fous de colère, sont venus les chasser des auditoires et bureaux disant qu’ils ne doivent pas y avoir d’activité au campus de karhale en général, renseigne des témoins sur place.

« C’est là qu’ils ont jeté des pierres sur les bâtiments de l’UCB et l’UOB, et par la suite ceux de l’UOB sont partis en réplique faire la même chose à leur bâtiment, et la bataille s’en est suivie », renseigne un étudiant de l’UCB.

De son côté Alfred Musa Mutesa, porte-parole des étudiants de l’UOB, fait savoir qu’ensemble avec le maire de Bukavu, Darius Sumuni Mukunda, ils ont trouvé un compromis suite aux revendications des étudiants.

Par ailleurs, il déplore le comportement de ses camarades manifestants qui ont foulé aux pieds les efforts et ceux du maire de Bukavu afin que leurs revendications trouvent gains de cause.

« Nos brigadiers se sont sacrifiés et ont passé la nuit ici l’UOB pour sécuriser le site, moi-même j’ai quitté ici à 21 heures. Comme convenus, ce matin les activités devraient reprendre normalement, mais malheureusement, quand les brigadiers de l’UOB demandent aux étudiants de monter sur le site pour étudier, des étudiants de l’ISTM et l’UCB troublent l’ordre public et des chauffeurs en colère profitent pour s’attaquer aux bus, aux enseignants et aux étudiants de l’UOB », explique Alfred Musa.

Alfred condamne avec la dernière énergie les actes de barbarie commis à l’UOB par ses camarades étudiants. Pour lui, c’est une scène triste et désolante.

« Nous nous sommes mobilisés pour demander aux manifestants de laisser les enseignants et étudiants de l’UOB se rendre au campus pour étudier, mais malheureusement ces étudiants instrumentalisés par leurs maires, ont commencé le jet des pierres contre nos brigadiers jusqu’à contourner vers les bâtiments pour le détruire. Les bâtiments qui nous ont coûté 25 ans pour les construire, ils se permettent de les détruire, » s’indigne-t-il.

Il sied de signaler que nous avons contacté les Portes-paroles des étudiants de l’Institut Supérieur de Techniques Médicales (ISTM), et l’Université Catholique de Bukavu (UCB), mais nos efforts ont été vains.

Par Bernardin Matabaro

Leave a Response

Open chat
Bonjour!
Deboutrdc.net est à votre écoute!
Vous voulez nous contacter? Cliquez juste ce bouton à coté!
× Contactez l'équipe de deboutrdc.net