+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mardi, août 3, 2021
Entreprenariat

Sud-Kivu/Covid19 : la peur d’un probable confinement, pas des nourritures en province

Le discours du ministre provincial de l’agriculture au Sud-Kivu jugé de triomphalisme, fâche plusieurs organisations et habitants en province.  Pour certains, le ministre devrait avoir le courage de dire au peuple qu’il a échoué ces deux ans à la tête de ce ministère clé en province. Ces derniers tiennent le ministre Marcelin aux mots, en lui opposant ses propos où il a promis faire de la province un grenier agricole. Pour un responsable de l’une des organisations qui défendent les droits des personnes vivant avec handicap, depuis que Bahaya est à la tête de ce ministère, c’est du raté.

Répliquant aux propos du ministre provincial de la agriculture, l’un de responsables des organisations qui prennent en charge les hommes vivant avec handicap qualifié de mitigé le bilan du ministère de l’agriculture en province.

‘’Quel impact sur le vécu de la population en province ? Nous pensons que la population devrait se révolter contre certains propos discourtois et injurieux de nos autorités qui ne nous respectent pas. À son arrivé en province, une mesure de haricot coutait 1500 FC et aujourd’hui c’est 3000 voire 3500 FC, un sac de farine qui coutait 15000fc nous l’achetons à 27000 voire 30 000 Fc’’, s’indigne-t-il.

Pour Blandine Mwasi, étudiante à la faculté de droit à l’Université Catholique de Bukavu, le projet PCAGL dont le ministre serait entrain de se prévaloir, ne reflète jamais la réalité de ce qui est dit.

‘’Des millions des dollars injectés dans le projet dit PCAGL n’ont pas d’impact visible et rapide sur le quotidien de la population. Les produits de premières nécessités sont tellement chers en province. On nous parle des tonnes de riz récoltés, du lait en grande quantité qui est produit en province sous l’encadrement du ministère de tutelle, mais où cela se déversent ? ,’’ S’interroge-t-elle.

La question qui fait tourner des têtes pour plusieurs observateurs, est de savoir ce que le ministre de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage pourra faire au cas où il y aurait encore isolement pour prévenir la troisième vague de la pandémie covide-19?

Contacté Marcelin Bahaya, ministre provincial de l’agriculture,  pêche et élevage nos efforts sont restés vains.

Par Patrick Babwine

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net