+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Leadership

BUKAVU: « La jeunesse, l’espoir de demain? » des étudiants de l’UOB s’expriment

650views

La jeunesse actuelle est devenue comme une norme d’indépendance à plusieurs facteurs qui justifieraient son absence dans l’émergence sociale. Chose étonnante qui laisse cette dernière à faire face à une soif d’expériences nouvelles, qui malheureusement serait mal orientées et qui seraient à la base de sa disparition progressive.

La jeunesse, est-elle réellement l’espoir de demain?

Interrogé par Deboutrdc.net, certains jeunes étudiants de l’Université Officielle de Bukavu (UOB) qui ont essayé de faire ressortir leurs idées quant à la thématique, prouvent à suffisance que la jeunesse est la force de demain, mais présentent multiples inquiétudes quant à la participation de cette dernière dans les différents progrès socio-économiques, politiques et même personnels.

Pour les uns, la jeunesse est un état d’esprit qui conditionnerait une prise de conscience des capacités qui peuvent occasionner telle ou telle chose.

“La jeunesse est un état d’esprit qui renseigne sur les enjeux à mettre en place pour avancer afin d’être cette force dans l’avenir. N’ayant pas pris conscience de ces différents enjeux, on ne saura pas dire que c’est un espoir dans l’avenir. Le moment actuel prouve que la jeunesse a soif d’apprendre et c’est dans l’apprentissage que l’on apprend comment vivre et comment travailler pour le changement.” Renseigne Emmanuel Gamaliel Kulimushi, étudiant en première année de licence en droit.

Alliance Bahizire, étudiante en première licence Communication des organisations, appelle la jeunesse à une mise en œuvre efficace pour constituer certainement ce que les gens pensent d’elle.

“Les jeunes sont des gens sur qui la société peut compter, ce sont des gens sur qui le développement des nations doit reposer. Aujourd’hui la jeunesse se focalise sur plusieurs choses à la fois au lieu de prendre en compte les choses nécessaires afin de s’approprier ce qu’est sa mission d’être un espoir de l’avenir”, fustige Alliance Bahizire.

Pour sa part, Akim Orhulanga Chabo, étudiant en Lettres et Civilisations Anglaises à l’UOB, estime que  percevoir la jeunesse comme espoir de demain, c’est affirmer automatiquement qu’elle a en son sein de l’énergie. Akime voudrait qu’on parle plutôt l’espoir du présent que de la future.

“Dire que la jeunesse d’aujourd’hui est une force de demain c’est justement faire allusion à la conception que nous avons de la jeunesse, un jeune étant considéré comme quelqu’un qui a de l’énergie en lui ou qui peut amener des nouvelles innovations, ce dernier symbolise la force. C’est à force de se baser sur ces différentes attributions que l’adage qui stipule que la jeunesse est un espoir de demain peut être valable”, déclare Akim Chabo.

Son constat est à la fois amer quant à la perception de la jeunesse car, pour lui avec le milieu académique qui est plus fréquenté par les jeunes, la majorité est passée à côté de la ligne tracée par les perceptions des prédécesseurs.

“Les jeunes sont déjà à confondre avec d’autres catégories des gens cela impliquerait l’immoralité, l’ivrognerie qui à partir de ce moment-là l’écarte de la vraie voie”, regrette Akim.

Pour multiples réactions reçues, c’est aux jeunes seuls de se changer, de se créer multiples opportunités et de ne pas lâcher aucune occasion qui se présenterait pour leur réussite et pour se construire un monde meilleur dans l’avenir.

Par Hortense Zabona

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp