+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Leadership

Bukavu : Ces défis qui découragent les jeunes entrepreneurs

763views

Selon plusieurs sources, plus de 80% de jeunes congolais sont au chômage. Pour espérer gagner leur pain certains se lancent dans l’entreprenariat. Un terrain plein d’embuches et d’incertitudes. Pas d’accès aux crédits, les taxes de tout genre à payer, la concurrence des produits importés, le manque, pas de courant, internet coûte cher, pas d’accompagnement du gouvernement,… telle est la vie des jeunes entrepreneurs de la ville de Bukavu. .

Dans son but de promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes DEBOUTRDC a rencontré quelques jeunes pour comprendre comment ils se battent dans cet environnement « hostile » au développement des startups ;

L’expérience entrepreneuriale d’Elias Kwama !

Savon liquide Bavechrol produit par Elias
Savon liquide Bavechrol produit par Elias

Après ses études en sciences commerciales à l’Institut Supérieure Pédagogique‘’ ISP’’ pour surmonter les défis économique du pays  qui laisse les jeunes sans emploi Elias est parvenu à mettre sur le marché deux produits ‘’ Bavechrol ‘’ dont le savon liquide pour polir les maisons et les désinfectant pour rendre les mains propres.

«J’ai commencé à faire la fabrication des désinfectant à l’âge de 18ans, la situation chaotique du pays et l’envie d’être indépendant m’ont poussés à chercher comment survivre à cette vie difficile .Mon objectif principal et de se développer en créant de la richesse », espère-t-il.

Comme d’autres jeunes congolais, qui essaient l’entreprenariat, Elias Kwama fait face à un manque d’accompagnement du gouvernement congolais. Pour lui, les taxes de tout genre, le décourage mais garde espoir.

 « Les taxes sont multiples  en RDC. A celles-ci, il faut ajouter l’entrée des produits presque similaire aux nôtres qui proviennent des pays voisins. Ils sont moins chers. Ce qui rétrécie notre marché. On ne se sait pas faire face à cette concurrence sans l’accompagnement de l’Etat », regrette Elias.

En plus d’Elias, Zanie Chalagale est aussi jeune entrepreneur de la ville de Bukavu. Elle est la patronne d’un incubateur d’entreprises. Elle veut, par son incubateur accompagner les femmes dans la création de leurs entreprises.  Son projet est actuellement dans le tiroir car elle manque des moyens financiers.

Zanie Chalagale, jeune entrepreneure
Zanie Chalagale, jeune entrepreneure

 « Mon projet est de former des femmes qui ont des idées entrepreneuriales et en faire des femmes porteuses des projets d’entrepreneuriat est bloqué par manque des moyens est des mesures d’accompagnement », regrette Zanie.

Jeune entrepreneur, face à des multiples pressions

Zanie Chalagale fait savoir que les jeunes entrepreneurs sont butés à des nombreuses difficultés dans l’exercice de leurs métiers, c’est notamment le manque de liquidité, l’inexpérience professionnelle, la peur de l’échec, la méconnaissance de l’écosystème entrepreneurial et à ces nombreux freins s’ajoutent la pression familiale et amicale qui dissuaderait 88 % d’entre eux à ne pas se lancer dans le domaine entrepreneurial.

Pour elle, malgré les initiatives consenties par les jeunes, ces derniers souffrent également de manque d’accompagnement en outils nécessaires pour la création et la formalisation de leurs entreprises.

« Malgré toutes ces difficultés, nous encourageons d’autres jeunes entrepreneurs et ceux ayant des projets d’entrepreneuriaux à s’investir dans la créativité afin de gagner leur vie »,

conseille Zanie Chalagale

 Par ailleurs, elle invite les jeunes entrepreneurs à travailler en réseau et à rejoindre les entrepreneurs existant dans la ville de Bukavu.

Plus de 200 jeunes entrepreneurs accompagnés par l’ANADEC

LOKUMU, DG de ANADEC
Jean Paul LOKUMU, DG de ANADEC

Dans son mot Jean Paul Lokumu, Directeur provincial de l’Agence National du Développement de l’Eentreprenariat Congolais ‘’ANADEC’’ précise que le gouvernement a déjà mis en place le fond de garantie pour soutenir les jeunes entrepreneurs et les aider à résoudre ce problème de taxe.

«Nous accompagnons plus de 200 jeunes pour qu’ils soient exemptés des taxes. Nous travaillons sur un document qui va nous permettre de mettre en place le fond de garantie aux jeunes qui ont des idées entrepreneuriales, mais qui ne savent pas accéder aux financements », promet Lokumu.

 Notre source ajoute qu’il a constaté que beaucoup de jeunes entrepreneurs aiment le secteur de commerce, mais malheureusement ces derniers préfèrent importer au lieu de produire localement et en fin exporter leurs produits.

«Je demande aux jeunes entrepreneurs d’aller plus dans la résolution des problèmes. Qu’on ne puisse plus importer les produits, mais que nous puissions consommer localement»,

souhaite le patron de l’ANADEC au Sud-Kivu.

Malgré cette volonté de faire de l’entreprenariat son cheval de bataille, certains analystes estiment que l’entreprenariat n’est pas la solution durable au problème de chômage qui gangrène la RDC.

Selon l’article 36 de la constitution de la RDC :

« Le travail est un droit et un devoir sacrés pour chaque Congolais. L’Etat garantit le droit au travail, la protection contre le chômage et une rémunération équitable et satisfaisante assurant au travailleur ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine, complétée par tous les autres moyens de protection sociale, notamment, la pension de retraite et la rente viagère »

Les défis entrepreneuriaux en RDC

Les conditions ne sont pas réunies pour une bonne éclosion de l’entreprenariat en RDC. Ls quelques congolais qui s’aventurient sur ce terrain font face à plusieurs défis.

« Le déclin économique depuis les années 1990 et l’instabilité du pays ont fait du Congo une place infructueuse pour l’investissement en capital. Le manque d’électricité et de connexion internet, indispensable dans le monde des affaires, empêche le développement de l’activité entrepreneuriale »,

à ces freins il faut ajouter les barrières culturelles qui bloquent les femmes à se lancer dans l’entreprenariat.

« Les femmes entrepreneurs sont souvent sous-estimées et négligées à cause des barrières culturelles »,

peut-on lire sur ongosauti.com

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp