+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Education

Fin de l’EXETAT au Sud-Kivu : Quand des uniformes des élèves finalistes se déchirent à Bukavu

563views

Fin de la session ordinaire de l’examen d’Etat ce jeudi 2 septembre 2020 sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo. Interrogés par les reporters de Deboutrdc.net, des candidats qui sortaient de la salle d’examen étaient optimistes et satisfaits du déroulement de la sessionIls regrettent par ailleurs le comportement de leurs camarades et quelques étudiants qui sont venus perturber l’ambiance de la clôture des examens.

A Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu, l’examen d’Etat s’est achevé dans une ambiance de fête pour certains candidats et pour les autres, ça été un moment de stress. Juste après leur examen, certains élèves candidats ont envahi les rues pour manifester leur joie. Certains ont roulé à moto, à bord des véhicules et les autres ont marché à pied.

Dans cette ambiance, on pouvait voir certains élèves qui n’ont pas hésité à déchirer leurs uniformes. De l’autre côté, des étudiants de quelques institutions universitaires qui se sont rendus dans de centres de passation d’examen pour la distribution des affiches et dépliants de leurs institutions dans le cadre de marketing.

A l’athénée d’Ibanda (centre Ndendere 2) par exemple, certains délinquants qui se sont fait passer pour des étudiants, en compagnie des vrais étudiants, se sont pris aux candidats finalistes filles et garçons sans distinction, pour déchirer leurs uniformes, ravir des stylos et argents.

Certains finalistes qui ont semblé apprécier cet acte, ont eux-mêmes poursuivi avec cette pratique et d’autres en ont qualifié de violence. Les élèves finalistes qui ne pouvaient pas marcher torse nue, se sont servis de stylos et marqueurs pour inscrire sur leur chemise le pourcentage qu’ils souhaitent obtenir.

Plus d’un analyste s’interrogent sur l’avenir de ces élèves, qui à peinent finir la session de l’examen d’état, s’adonnent à ces genres de pratiques interdites par les autorités.

Faisant circuler le micro dans certains centres de la commune d’Ibanda, certains élèves se disent satisfaits du déroulement de cette session. Ils fustigent le comportement de certains de leurs camarades et étudiants qui ont déchiré des uniformes et jusqu’à même à arracher les stylos et autres effets personnels.

« Les examens se sont bien passés, seulement en ce dernier jour nous avons eu des difficultés à cause des étudiants et certains camarades qui se battent pour pouvoir déchirer les uniformes et nous ravir nos stylos », se plaint Merveille, élève au Complexe Scolaire Uhaki.

« Nous ravir les stylos n’est pas un problème, mais seulement ils le font avec violence. Regardez comment ils m’ont fait, seulement à cause d’un stylo », nous montre Pierre du Complexe Scolaire Horizon avec sa chemise déchirée au dos.

 « J’ai déchiré moi-même cette chemise. Personne ne m’a poussé à le faire, mais je l’ai fait de gré. Je l’ai fait parce que je ne veux plus retourner à l’école secondaire. Rentrer torse nue ne me pose pas problème si je suis heureux, » a déclaré Nestor de l’Institut de Bukavu.

Il sied de noter que des cas similaires ont été signalés dans des provinces voisines. Des sources concordantes font savoir qu’à Goma, au Nord-Kivu, des élèves finalistes ont connu le même problème, mais la plupart de cas ont été perpétrés par les élèves eux-mêmes.

Par Bernardin Matabaro

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp