+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, décembre 1, 2021
Education

SUD-KIVU : 349 inspecteurs de la province éducationnelle Sud-Kivu1 capacités sur le redressement du système éducatif.

C’est au cours d’une séance de formation et de mise à niveau que les inspecteurs reconnus au niveau de la sous-division éducationnelle Sud-Kivu1 ont été outillés en matière de contrôle des écoles dans lesquelles ils sont affectés. Venus de Kalehe, Idjwi, Kabare et Walungu, 349 inspecteurs, chefs de pools et intervenants de 16 pools ont pris part à la séance de formation.

Cette formation qui a débuté le 02 novembre 2021 et qui a duré au total 8 jours dont 4 jours pour les inspecteurs de l’école maternelle et primaire ainsi que 4 jours pour ceux du secondaire, les inspecteurs chefs de pools et itinérants ont exprimé une gratitude envers les autorités en charge de l’éducation pour cette importance accordée au secteur éducatif en province du Sud-Kivu.

Pour Bahati safari Jean de Dieu, il est très satisfait d’avoir pris part à cette séance de formation pour une amélioration de l’enseignement dans différents pools de la province éducationnelle Sud-Kivu1. Cependant il fait savoir que les notions étant d’une importance capitale, l’engagement de tous les inspecteurs est souhaité pour rendre effective la matière apprise.

« Sincèrement nous venons de suivre une session d’atelier de formation sur le renforcement des capacités dans le cadre de l’enseignement au niveau de la province éducationnelle du Sud-Kivu1. Nous avons été édifiés de la matière que nous avons apprise et qui va nous amener à multiplier des efforts dans les techniques inspectorales que nous faisons dans nos écoles », fait-il savoir.

Bien plus, Bahati Safari renseigne sur la promesse des inspecteurs et espère qu’à l’issu de la formation, ces derniers ferons observer un changement dans leurs écoles respectives et pour les enseignants leur amener à changer certaines manières qui peuvent constituer des enseignements mal faits dans le but d’améliorer la qualité de l’enseignement des enfants pour le bien de la province et de tout le pays en général.

Pour sa part Joseph Ndiangienda Samunkina, inspecteur principal provincial du Sud-Kivu, renseigne que la séance de renforcement des capacités des inspecteurs est orienté dans le sens de permettre le redressement du sous-secteur de l’enseignement en République Démocratique du Congo.

« La session de formation a commencé depuis le 02 jusqu’au 12 novembre 2021. Nous avons fait 4 jours la semaine passée et nous avons formé le niveau secondaire. Cette semaine aussi  nous avons pris 4 autres jours jusqu’à ce jeudi  12 novembre 2021. On a formé les inspecteurs du primaire et de la maternelle en rapport avec une difficulté qu’on a constaté à nos bureaux depuis Kinshasa lors de la réunion d’évaluation annuelle. Les inspecteurs faisaient beaucoup de contrôles et restaient stériles. Il n’y avait pas une remédiation et on a trouvé qu’il faudrait prendre en compte une formation à l’intention des inspecteurs», renseigne-t-il.

En outre, il insiste sur les sous modules avec pour objectif la production des modules des inspecteurs qui ne sont pas squelettiques ces derniers évalués comme des coquilles vides car, selon lui il y a de ces inspecteurs qui les produisent.

Cependant, Joseph Diangienda Samunkina se réjouit du pas entrepris et pense faire face à des résultats palpables pour une bonne production de différents modules que sont censés produire les inspecteurs.

« Maintenant, nous avons expliqué le contenu, la rubrique de chaque module à part la qualité et la quantité de production. Nous supposons que nous aurons dès lors des modules bien travaillés et que les inspecteurs principaux adjoints, inspecteurs des pools primaire et secondaire, les exploitants de la cellule provinciale des pools et les itinérants, ont acquis un bagage suffisant et parlerons un même langage », conclu-t-il.

Ainsi, l’inspecteur principal provincial appelle tous les inspecteurs à un degré de sacrifice limité et à la volonté de bien faire. Il estime que les inspecteurs ont plus besoin d’un accompagnement bien qu’au jour le jour l’inspecteur se donne en respectant la trilogie (contrôle, formation et  évaluation). Pour lui, rien comme recommandation particulière n’a été formulée mais plutôt une demande aux autorités de penser à suppléer tant soit peu ces genres d’activités pour donner un bagage suffisant aux inspecteurs.

Lire aussi: SUD-KIVU :  Plus de 300 inspecteurs de l’EPST à l’école du savoir

Hortense Zabona.

Leave a Response

Open chat
Bonjour!
Deboutrdc.net est à votre écoute!
Vous voulez nous contacter? Cliquez juste ce bouton à coté!
× Contactez l'équipe de deboutrdc.net